Complémentaire santé : 5 erreurs à ne pas faire

assurance et mutuelle santé

Les réformes en matière de mutuelle santé ont changé la donne. Comment choisir sa mutuelle santé et comment éviter les pièges que réservent certains contrats d’assurance complémentaire santé ? Voici quelques conseils pour éviter de se retrouver avec une offre d’assurance complémentaire inadaptée.

Le tiers payant

Le contrat d’assurance doit mentionner le tiers payant, option qui permet de ne plus avoir à s’acquitter des restes à charge pour certaines consultations. Il suffit au souscripteur de présenter sa carte vitale pour que l’assurance maladie et l’assurance complémentaire santé prennent le relais. Aussi, lors de la souscription au contrat d’assurance complémentaire santé, il faut veiller à ce que le tiers payant soit proposé au même titre que les différentes garanties de base.

Les garanties

assurance santéChaque contrat d’assurance complémentaire santé présente des garanties spécifiques, mais aussi diverses exclusions de garanties et des limites. Il n’est pas rare également que des garanties qui ne sont même pas nécessaires soient proposées dans le contrat de la mutuelle santé, mais qui représentent un coût assez important. Aussi, il faut être vigilant dans le choix de la mutuelle et bien vérifier l’étendue des garanties proposées. Pour trouver facilement la bonne mutuelle santé, il est intéressant de recourir aux comparateurs d’assurance complémentaire santé qui permet d’avoir une vue d’ensemble de toutes les offres existantes notamment des remboursements sur les soins dentaires. On privilégiera tout particulièrement les contrats qui proposent des garanties formulées en pourcentages en frais réels.

Les délais de carence

En ce qui concerne les délais de carence, qui correspond à la période depuis la souscription du contrat jusqu’à la mise en application du contrat d’assurance complémentaire santé. À noter que le délai de carence peut aller jusqu’à un an et certains soins ne sont pas pris en charge, ce qui fait que le patient peut avoir à payer de ses poches les consultations et autres soins spécifiques. Pour éviter de se retrouver dans une telle situation, il est important de prendre le temps de vérifier les délais de carence de chaque contrat et s’assurer qu’ils ne dépassent pas les six mois. Au besoin, il peut être nécessaire de négocier les limitations et la suppression des dits délais.

Les remboursements

Les frais des soins optiques et dentaires ne sont pas généralement pas remboursés par la sécurité sociale, ce qui fait que l’ensemble des frais doit être pris en charge par la mutuelle santé. Il est ainsi important de s’assurer que les remboursements proposés sont calculés sur les frais réels. On évitera notamment les coups de pubs qui énoncent un remboursement à hauteur de 30 % du tarif de convention, hors sécurité sociale ou encore des remboursements à 100 % du ticket modérateur qui ne signifient en rien un remboursement total des frais. Encore une fois, il est impératif de recourir à un site de comparateur de mutuelle santé qui va détailler clairement les garanties, les limites, les délais de carence et surtout, les remboursements proposés.

Les fausses publicités

Enfin, comme la concurrence est rude dans le secteur de l’assurance santé, les mutuelles n’hésitent pas à proposer des offres alléchantes pour attirer le plus de clients potentiels. Il convient néanmoins de rappeler que les coups de publicité cachent parfois certains pièges et l’argumentaire commercial ne va pas toujours détailler les petites clauses auxquelles on doit faire attention. Il vaut mieux se référer aux contrats avec les clauses bien claires et les taux énoncés dès la souscription du contrat de mutuelle santé.

Vous pouvez partager l'article surShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn